HomeMaison de retraiteQuelles solutions pour payer sa maison de retraite

Quelles solutions pour payer sa maison de retraite

Vivre dans un milieu sécuritaire, continuer à avoir une vie sociale active, prendre part à de nombreuses animations, profiter de multiples services pour faciliter son quotidien, …

Ce sont autant de raisons poussant les personnes âgées à envisager la vie dans les maisons de retraite. 

Toutefois, l’installation dans ces établissements peut occasionner des frais importants qui ne sont pas à la portée de tout le monde.

Heureusement, il existe différentes solutions pour les pensionnaires qui disposent d’un faible revenu et qui ont du mal à financer leur maison de retraite. 

Combien coûte la vie dans une maison de retraite ?

D’après les informations fournies par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie ou CNSA, le coût médian d’une chambre en Ehpad était de 1977 euros par mois en 2018. 

Notez que les prix varient d’une zone géographique à une autre. Pour les régions les moins chères par exemple, le prix médian se situe entre 1600 et 1700 euros par mois.

En revanche, dans les régions plus chères comme les Hauts-de-Seine, le tarif peut aller jusqu’à 3231 euros par mois. 

Afin de vous aider à vous préparer financièrement, nous allons vous expliquer les différentes dépenses que peut occasionner la vie dans une maison de retraite. 

  • Les frais d’hébergement comprennent le loyer pour la chambre, les repas, le ménage, le chauffage, la blanchisserie, les animations et les activités pour favoriser l’autonomie des seniors.
  • Les frais de dépendance comprennent les services d’accompagnement de la personne âgée au quotidien : toilette, habillage, prise de repas, … Le tarif dépend donc du niveau de perte d’autonomie du résident. 
  • Les soins comprennent les prestations médicales et paramédicales dispensées par l’établissement. Généralement, ces frais sont pris en charge par l’Assurance Maladie et sont remboursés directement à l’établissement sans que le résident ait à faire une avance. 

Payer sa maison de retraite avec son bien immobilier 

Les propriétaires d’un bien immobilier peuvent utiliser leur propriété de différentes façons pour payer une maison de retraite. 

Hypothéquer sa maison 

Il est tout à fait possible d’hypothéquer sa maison pour payer sa maison de retraire. Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous :

  • l’hypothèque classique : vous demandez un crédit avec  votre bien immobilier comme garantie. Vous pourrez alors obtenir une somme égale à 30 à 80% de la valeur de votre maison. Notez que l’hypothèque ne sera levée que si vous remboursez votre crédit en respectant les échéances. Dans le cas contraire, votre maison sera saisie.
  • l’hypothèque avec caution : votre crédit ne sera accordé que si un établissement prêteur spécialisé dans le cautionnement accepte de donner une garantie supplémentaire en plus de votre bien immobilier. 
  • le viager hypothécaire : vous demandez un crédit mais vous n’aurez pas à le rembourser tant que vous serez vivant. À votre décès, la banque saisira votre bien, à moins que vos proches ne décident de rembourser le crédit. 

Mettre en location

Vous pouvez mettre votre habitat en location afin de financer votre installation dans un Ehpad. Ainsi, vous percevrez des loyers que vous pourrez alors utiliser pour payer une partie ou même la totalité des frais d’hébergement. 

Si votre logement est assez vieux, il serait préférable d’effectuer quelques travaux de rénovation afin de le remettre au goût du jour et ainsi percevoir un loyer plus intéressant. 

Demander une aide pour financer sa maison de retraite

Rien que pour l’hébergement, vous pourriez devoir payer 2500 euros par mois. Vous n’en avez pas les moyens ? Rassurez-vous, il existe de nombreuses aides financières que vous pouvez demander. Il suffit de trouver la formule la plus adaptée à votre situation et le tour est joué ! 

L’allocation personnalisée d’autonomie ou APA 

L’APA est une allocation versée aux personnes âgées dépendantes afin de financer une aide humaine ou technique pour renforcer le maintien à domicile. Vous pouvez également en faire la demande si vous avez des difficultés à payer le tarif de dépendance en Ehpad. 

Pour bénéficier de cette aide, il faut remplir certaines conditions :

  • être âgé de plus de 60 ans
  • être un résident stable et régulier en France 
  • être classé en GIR 1 à 4 (niveau de perte d’autonomie évalué à l’aide de la grille AGGIR)

Notez que l’APA peut également être versée dans le cas d’un placement en unité Alzheimer.

Le montant de l’APA dépend de trois facteurs : le degré d’autonomie du résident, le tarif dépendance appliqué dans la maison de retraite et les ressources du résident.  

La demande de l’allocation personnalisée d’autonomie peut être faite par le secrétariat de la maison de retraite auprès du service d’aide sociale du conseil général. Sinon, le résident peut directement faire sa demande auprès du conseil départemental ou au Centre communal d’action sociale (CCAS). 

Et si la demande est validée, l’aide sera versée directement à l’établissement. 

L’aide personnalisée au logement ou APL

Si votre maison de retraite est un établissement conventionné (un établissement qui a signé une convention avec le préfet), vous avez la possibilité de faire une demande d’aide personnalisée au logement ou APL. Il s’agit d’une allocation qui est accordée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ou par la Mutualité sociale agricole (MSA) en fonction du régime dont vous dépendez. 

Le montant de l’APL varie selon les ressources du résident, le lieu où se trouve l’établissement et le coût de l’hébergement. Si vous souhaitez avoir une idée de la prestation que vous pourrez toucher, vous pouvez vous rendre sur le site officiel de la CAF pour faire une estimation en ligne. 

Voici les critères pour bénéficier de l’APL :

  • être Français ou posséder un titre de séjour valide
  • avoir des ressources inférieures au plafond établi ( varie en fonction de la situation personnelle)

L’allocation de logement social ou ALS

Si vous résidez dans un centre non conventionné, vous pouvez faire la demande d’une allocation de logement social ou ALS. 

Voici les conditions d’attribution de cette aide :

  • le bénéficiaire doit payer un loyer
  • il doit avoir un revenu inférieur au plafond fixé chaque année
  • le logement doit être sa résidence principale
  • le logement doit répondre aux conditions spécifiques de salubrité et de confort 
  • le logement ne doit pas appartenir à un parent ou à un membre de la famille 

Pour faire la demande de l’ALS, vous devez exprimer une demande directement auprès de la CAF ou de la MSA. Le montant qui vous sera versé dépendra alors de vos ressources, du lieu de la résidence, de la nature du logement et du montant du loyer. 

L’aide sociale à l’hébergement ou ASH

L’aide sociale à l’hébergement est une aide sociale versée par le département pour la prise en charge d’une partie ou de la totalité des frais d’hébergement d’une personne âgée dans une maison de retraite ou chez un accueillant familial. 

L’aide est accordée peu importe si la personne âgée se rend dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), dans une résidence autonomie ou encore en unités de soins de longue durée (USLD). Toutefois, il faut que l’établissement dispose de places réservées aux bénéficiaires de l’aide sociale. 

Pour bénéficier de l’ASH, il est nécessaire de remplir certaines conditions :

  • avoir plus de 65 ans ou 60 ans pour ceux qui sont reconnus inaptes au travail
  • vivre en France de façon stable et régulière 
  • avoir un titre de séjour en cours de validité pour les étrangers
  • avoir des ressources inférieures au montant des frais d’hébergement

Pour demander l’aide, il faut s’adresser à la mairie ou au centre communal d’action sociale (CCAS) de la commune où la personne âgée réside. 

Souscrire un contrat de prévoyance 

Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à souscrire un contrat de prévoyance. Cela vous permet de bien préparer et anticiper vos vieux jours. C’est aussi le moyen de préserver vos proches afin que ces derniers n’aient pas à endosser une lourde responsabilité plus tard : financement des maisons de retraite, prise en charge des obsèques, … 

Le contrat de prévoyance comporte diverses garanties : l’assurance dépendance, l’assurance décès et l’assurance obsèques. 

Nous vous conseillons d’opter pour une assurance dépendance qui vous permet d’anticiper une invalidité partielle ou totale lors de votre retraite. Comme nous l’avons vu plus haut, en cas de perte d’autonomie totale ou partielle, vous devrez payer les frais de dépendance qui feront inévitablement grimper votre facture à la maison de retraite.

En effet, il faudra qu’on équipe le logement afin que vous puissiez continuer à vivre dans le confort. Vous aurez également besoin d’assistance pour certaines tâches du quotidien comme l’habillage et la toilette.  

Si vous souscrivez un contrat de prévoyance, vous devrez payer une prime tous les mois. Et si jamais vous perdez votre autonomie, votre assureur vous versera une rente viagère ou un capital que vous pourrez alors utiliser pour payer une partie de votre facture.

Par ailleurs, si vous souhaitez profiter d’une protection optimale, sachez que les contrats dépendances peuvent aussi inclure des garanties optionnelles comme le capital équipement ou capital aménagement, ainsi que l’assistance (aide-ménagère, portage de repas, livraison des médicaments, accompagnement psychologique, …). 

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreux dispositifs pour venir en aide aux seniors qui souhaitent résider dans une maison de retraite. Si vous avez besoin d’un accompagnement, n’hésitez pas à vous rendre auprès des centres sociaux.

Autres articles ICI

Derniers articles
Plus d'articles